Slide ECG Philips TC50

3ème jour

Nouvelle journée à l’hôpital. Malgré l’orage, il fait toujours aussi chaud…

Aujourd’hui, j’ai appris un peu plus les gestes infirmiers. J’ai un peu plus suivi les élèves infirmiers dans leur boulot
J’arrive dans le service, enfile la blouse à mon nom et commence le relevé des constantes avec Carole. C’est quand même plus intéressant que de servir les petits-déj. Elle me confie tout d’abord les dextros, ça c’est facile. Puis prise de pouls, ça va encore. Ensuite prise de température. Les choses se compliquent avec la prise de la tension. Bien sûr au stéthoscope et au cadran car avec l’appareil automatique, ça va tout seul. Je réessayerai demain certainement car ça demande de l’entraînement.
Elle me montre ensuite comment poser une perfusion (mais j’ai pas le droit de le faire ;-( ) et comment on fait pour vérifier si une sonde gastrique est bien en place. Simple, il suffit d’injecter de l’air par la sonde via une seringue et de poser le stétho au niveau de l’estomac, on doit alors entendre un « glouglou ».

Ensuite, je donne un coup de mains aux AS à faire les lits. Je passe à l’aquarium jeter un oeil au panneau pour voir qui va rentrer et sortir. Aujourd’hui, il y aura beaucoup de sorties, 4 ou 5.
Vers 11h, un infirmier me propose d’apprendre à faire des ECG (électrocardiogramme). Ca n’est pas si simple que l’on peut le penser. Il y a 3 pinces à placer sur les membres (pour les dérivations frontales) puis 6 électrodes sur le torse (pour les précordiales). Mais les électrodes ne se placent pas n’importe où.
Après il faudrait faire le diagnostic mais je n’y suis pas encore là!

Il est 12h15, je vais chercher les chariots de repas en bas et sers les patients. Ces plateaux sont hyper-chauds car il y a un système de chauffage dans le chariot et il faut ruser pour ne pas se brûler.

Avant d’aller manger, comme à chaque fois, j’ai le droit à un truc gore. ^_^ Aujourd’hui, je vais avec une élève infirmière en deuxième année, Jéade, regarder un soin sur des escarres bien purulents. Enfin, ça ne valait pas l’orteil d’hier.

Je vais manger avec Jéade au self puis reviens pour servir le café aux patients. C’est un moyen facile pour créer une bonne relation médecin malade. Le dialogue s’effectue souvent spontanément.
Entre temps, une femme qui est rentrée pour un AVC (accident vasculaire cérébral) me demande pour téléphoner. Je vais voir à l’aquarium pour prendre le mobile, mais la femme ne savais plus qui elle devait appeler ni son numéro.

Je refais une tournée de prise de constantes. C’est déjà l’heure d’y aller.

Mdkart

Interne en anesthésie réanimation à Lille, je présente sur ce blog des tranches de ma vie et mes passions : voitures sportives et moto, photo, nouvelle vague Jazz-Blues (Katie Melua, Fredrika Stahl, Melody Gardot, Nikki Yanofsky...) et autres musiques... Pour toute information, n'hésitez pas à me contacter

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *