Slide Melua Lille Apesanteur

Katie Melua au Zénith de Lille – une journée en apesanteur!

Un an et 2 mois, autant de temps que j’ai les billets pour ce concert. Autant de temps qu’à chaque chanson de la Géorgienne, une seule envie, la revoir en live. Cela fait quasiment 3 ans que je ne l’ai pas revue. Mais après le choc de la première fois à Roubaix, après le séisme du second concert à Paris, on ne peut avoir qu’un seul dessein, se retrouver face à elle et passer une soirée sur une autre planète.
Petit récit d’une journée extraordinaire.

9h du matin, grand soleil. Un 10 avril dans le Nord, cela doit être précisé! Il fait beau, je sors la moto pour aller faire une petite balade. Inconsciemment, je me dirige vers Lille avec l’espoir incertain de croiser Katie dans les rues ensoleillées de Lille. Arrivé devant le Zénith, autour d’un grand camion imprimé des yeux de la brune, les techniciens s’affairent. Pas de trace de Katie, du coup direction Grand Place, Vieux Lille mais sans résultat.
Un peu dépité, je retourne chez moi. Un pote du forum, Olivier, m’envoie un message vers 12h30 pour me dire qu’il est à côté du Zénith, et qu’il va essayer de rentrer pour les balances.
Je le rejoins alors vers 14h30.
Discussion avec les techniciens : Les balances sont prévues pour 15h30-16h et Katie Melua est en ville. On attends… 15h30… On est rejoint par 2 chasseurs de stars vers 16h… Toujours rien….
Soudain, ça bouge, Katie revient du centre ville dans un minibus. Assise à l’avant, attendant que la grille s’ouvre, elle ne jette pas un regard sur nous… Mais alors que la grille est ouverte, elle tourne la tête vers nous et nous fais signe qu’elle va revenir.
Sur le coup, je dois bien avouer qu’on n’y a pas crû. Sachant qu’elle aurait pu sortir quand la grille s’ouvrait et qu’elle va devoir faire au bas mot 200m à pied pour remonter. Nous regardons donc sa voiture s’éloigner, puis disparaître dans les entrailles sombres du Zénith, sans nous faire d’illusions…

Et pourtant! Pourtant, 30 secondes après la disparition de sa voiture, la revoilà, Katie et son adorable manager de tournée (ceux qui ont déjà eu affaire à lui comprendront). Lunettes de soleil vissées sur la tête, robe à motifs fleuris, elle remonte souriante comme jamais!
Katie Melua et Mdkart (Zénith Lille)
Le temps de faire une photo, j’ai encore une fois oublié la bise (*va se pendre*); et de quelques mots rapidement échangés, juste le temps de passer un moment en apesanteur, magique et inoubliable. Mais tout passe trop vite dans des moments pareils. On a envie d’appuyer sur pause, d’arrêter le temps mais elle repart aussi vite qu’elle est venue, pressée par son manager.
Pas de possibilité d’assister aux balances. Peu importe, ce soir je serai aux premières loges.


20h, après avoir mangé un morceau sur Lille, direction le Zénith. Comme d’habitude, Katie Melua attire un public très hétéroclite du jeune de 20 ans au couple de septuagénaires, elle rassemble 3 générations sans aucun problème!
Direction avec ma soeur vers nos places au premier rang, pile au milieu, à 2m en face du micro. Impossible de faire mieux que ce face-à-face intimiste qui s’annonce. Olivier est juste derrière nous.

La première partie a été assurée par Yoav, un artiste Israélien qui joue seul à la guitare acoustique avec un système de sample à la KT Tunstall. Je n’ai pas trop accroché, sa musique est intéressante mais les samples sont un poil long à être mis en place et on n’en perçoit pas forcément tout leur intérêt dans la chanson. Et puis ça ne swingait pas assez pour nous mettre en jambe avant Katie, surtout quand on compare Yoav à KT Tunstall qui sait mettre le feu avec une technique similaire.

Petite entracte, on prépare alors une petite surprise pour Katie avec ma soeur et Olivier. Notre petit défi est de lui faire chanter Spider’s Web au rappel, chanson qui n’est pas prévue dans la Setlist. Pour cela, voilà nos armes que nous brandiront au moment opportun :
Affiche Spiders Web

A ce moment, je crois que nos voisins de rangées nous ont pris pour des fous.


Vers 20h45, les lumières s’éteignent. Un silence assourdissant retentit dans le Zénith. Personne n’est sur scène mais tout le monde est pendu aux premières notes de guitare, celle de The Closest Thing to Crazy.
Et là le rideau s’ouvre, Katie Melua, magnifique, entonne
« How can I think I’m standing strong,
Yet feel the air beneath my feet?  »
Magnifique, magistrale, ça vous prend aux tripes, rien de tel pour commencer un concert! J’en pleure rien qu’à y repenser!
Les musiciens arrivent, Jim Watson au piano, Henry Spinetti à la batterie, Luke Potashnick à la guitare et Tim Harries à la basse et la contrebasse. Frank Gallagher est malheureusement absent, cela se ressentira sur certains morceaux…

Commence Just Like Heaven, une des chansons qui fait partie de mon top 5 de son répertoire! Quel pied! Si c’est pas le paradis ça y ressemble fortement.
Comme pour faire un récapitulatif de ses 3 premiers, c’est maintenant une chanson du 3ème album qu’elle commence If you Were a Sailboat. Un petit coup d’oeil rapide vers moi accompagné d’un sourire, m’a t-elle reconnu?
Elle continue la setlist avec des chansons du dernier album, The House, avec dans l’ordre The Flood qui passe mieux que sur CD mais auquel je n’accroche toujours pas. Puis Tiny Alien sur fond visuel de Space Invader. Il reste pour moi un OVNI surprenant et magique dans cet album, une chanson visionnaire, géniale!
Sur l’explication d’I’d Love to Kill You (with a Kiss), j’ai failli lui proposer d’essayer mais je me suis retenu. :p On continue avec A Moment of Madness, avec son esprit cabaret années 30 toujours aussi sympa, encore plus rythmé en live.
Le blues, qu’elle maitrîse toujours autant avec The One I love is (has?) gone me met en transe! Quelle maîtrise vocale, impressionnant de facilité! Perfect Circle, avec ses solos de guitare et piano remet un peu de rythme dans le concert. Toujours autant de swing chez Jim Watson, mais solo un poil court à mon goût. Ca reste quand même un grand moment!
Petit interlude avec un ennivrant Lilac Wine. Et à nouveau, elle remet la pêche avec une reprise de Canned Heat, qui en remplace une autre. Au lieu de son classique On the Road Again, c’est un Going up’ The Country qui relance le rythme avec style! Quelle énergie!
Retour sur The House avec le très rock God on the Drums, Devil on the Bass, qui passe vraiment bien en live. On continue avec un peu de magie et le titre The House, planant, dépaysant, intimiste. Un petit bijou!
Le sucré Red Balloons arrive, suivi de la pop entraînante (autobiographique?) de Plague Of Love. Cette série confirme que The House reste un très bon album, même si déroutant car assez éloigné de ce qu’elle avait fait avant.
Retour aux bases, avec un magnifique Call off the Search. Suivi des moins conventionnels Twisted et A Happy Place. Ce dernier reste une de mes chansons préférées de The House!
Un peu de séduction avec My Aphrodisiac is You. Que c’est bon!

Mais c’est déjà l’heure de partir! Salut des artistes, ils ne peuvent pas nous laisser sur notre faim après une telle chanson! Alors gros rappel!

Ils reviennent pour nous faire un grand classique, Nine Million Bicycles.

La chanson finie, c’est le moment de mettre notre plan à exécution! Sortie des feuille A4, Olivier, ma soeur et moi, nous nous levons et brandissons nos affiches! Katie Melua explose de rire! Là, c’est certain, elle nous a reconnu! Les musiciens ne comprennent rien à ce qui se passe, Katie leur explique mais ils n’ont pas l’air chaud pour nous faire notre Spider’s Web.
Ils commencent alors l’habituel mais désormais indispensable Kozmic Blues, repris de Janis Joplin. Au risque de me répéter, un album de Blues please! Quel pied monumental!

Mais qu’à cela ne tienne! Les musiciens s’eclipsent et Katie décide de bouleverser quand même sa setlist! Elle nous fait un Spider’s Web seule à la guitarre : sublime, grandiose, anthologique! Il faut le vivre pour savoir ce que c’est. La simplicité est souvent synonyme de perfection, ce fut le cas!
Standing ovation bien méritée, et cette fois c’est réellement fini. Je m’empare de la Setlist. Je ne dirai rien de la sécurité du Zénith mais je n’en pense pas moins…


Dans le hall, un gars me reconnait et vient me voir pour me remercier de mon article à propos du concert de Roubaix. Article qui l’a convaincu de venir et concert et qui lui a transmis la Méluïte je crois! Ca fait toujours plaisir d’avoir des retours positifs! Merci à toi et n’hésite pas à te manifester ici 😉

On a essayé de revoir Katie à la sortie. Au départ une quinzaine, la plupart ont cru aux mensonges habituels de la sécurité pour éviter la rencontre. On n’était plus qu’à 3 vers 23h30. Malheureusement, on s’est fait berner et Katie a emprunté une sortie non habituelle…
Dommage mais cette journée restera à jamais un rêve éveillé! Une magnifique souvenir d’une journée ensoleillée, joyeuse, du bonheur à l’état brut.
Comme à chaque fois, une journée en apesanteur, et il va me falloir plusieurs jours pour faire tomber le blues et redescendre de mon petit nuage!

Setlist Zénith Lille

Mdkart

Interne en anesthésie réanimation à Lille, je présente sur ce blog des tranches de ma vie et mes passions : voitures sportives et moto, photo, nouvelle vague Jazz-Blues (Katie Melua, Fredrika Stahl, Melody Gardot, Nikki Yanofsky...) et autres musiques... Pour toute information, n'hésitez pas à me contacter

Articles pouvant vous intéresser

8 réponses à “Katie Melua au Zénith de Lille – une journée en apesanteur!

  1. Chapeau Matthieu, super résumé !
    Tu m’a projeté deux jours en arrière lors de ce magnifique concert Nantais.
    Ton commentaire sur la sécurité me surprend, pour moi ce fut un jeu d’enfant de choper la setlist de Luke, un peu d’acrobaties voilà tout !
    On te retrouve à l’Olympia alors ?! 😉

    K.

    1. Merci!
      En fait, quand j’ai choppé la setlist, y’a un molosse qui m’est tombé dessus 2 secondes après pour me dire qu’il fallait demander avant. J’ai laissé filé sans rien dire.
      Mais surtout, Olivier s’est embrouillé avec un vigile un peu après, il expliquera sans doute ça dans son compte rendu.
      Et Olympia, pourquoi pas, oui! Mais il faut que je me trouve une bonne place!

  2. Merci Matthieu pour ce super article, en espérant te voir à Paris le 5 juin… Je croise les doigts pour que tu puisses trouver un billet qui « traîne » par là… ;o))

  3. En tous cas, une chose est sûre.
    Autant j’ai kiffé les 2 concerts de Fredrika auxquels je suis allé, autant j’ai déjà pris mon pied à des concerts d’autres artistes…
    Autant il n’y a que Katie qui arrive à me donner un blues monumental à la suite de chaque concert! C’est vraiment un truc de dingue! :p

  4. 😉 bravo pour ton commentaire sur le spectacle de katie, on s’y croirait!! 😆 c’est pas médecine que t’aurais du faire, mais journalisme pour chanteurs à voix!! :mrgreen: ou bien, tu peux te qualifier médecin/journaliste/manager pour kate en personne, je trouve que vous allez bien ensemble sur la photo, sans blague! :mrgreen:

    1. Merci France!
      Ecoute, je serais pas contre! Faire mon job en suivant Katie sur la route, le rêve! C’est où qu’on signe?
      Je vais demander des lettres de recommandation auprès de mes chefs, et je pose ma candidature! :mrgreen:

  5. Coucou !

    Merci pour ce super article ! ^^

    Je sais petit hors sujet, mais t’es à h warembourg ( moi aussi ) ?

    Tu me laisserais ton mail ou facebook pour discuter !

    entre fan et médecins xD

    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *