Slide Meiko

Meiko

Ca fait longtemps que je n’ai pas présenté de nouvelle artiste! Et pourtant, j’ai fait pas mal de bonnes découvertes musicales depuis plus d’un an. Pour me faire pardonner, voilà une de mes préférées : Meiko.

Découverte en mars 2008 grâce à Vincent, depuis j’ai du mal à passer plus d’une semaine sans écouter son album.
Meiko est née le 25 février 1982 en Géorgie (pas la Géorgie de Katie Melua, ici c’est bien l’Etat des USA). Son prénom lui vient droit du pays du soleil levant, sa grand mère maternelle étant japonaise. Encore un point commun avec ma deuxième artiste préférée, KT Tunstall, qui a des origines chinoises.
Toute petite, elle se passionne déjà pour la musique, chantant dès 8 ans devant un public. Ado, elle passe des heures à chanter et à écrire des chansons avec la vieille Gibson de son papa. A 18 ans, elle part tenter sa chance à Los Angeles.

Et ça marche! Elle commence alors à jouer à l’Hotel Cafe Tour. Si vous ne connaissez pas encore, l’Hotel Cafe Tour est à la fois un café spectacle à Hollywood mais sa particularité est surtout d’être une sorte de « troupe » (une « venue » en anglais) de jeunes auteurs-chanteurs. C’est un véritable tremplin pour ces jeunes artistes. Parmi les anciens de l’Hotel Cafe, ou peut citer KT Tunstall, Jason Mraz, Katy Perry, Sara Bareilles…

Meiko

Elle auto-produit en 2007 son premier album, éponyme (Meiko), qui se place tout de même à la 28ème place du classement Billboard. En 2008, elle ressort ce même disque (avec quelques chansons ré-enregistrées et de nouvelles également) sous le label Myspace qui se place cette fois à la 14ème place du classement américain.
Meiko - Meiko
Sur cet album, 11 titres tous plus planants et envoûtants les uns que les autres. Des balades comme « Reasons To Love You » ou « Piano Song », idéales pour se détendre. Des chansons plus enjouées comme « Boys With Girlfriends » ou « Under My Bed ».
Ces 2 titres sont d’ailleurs les singles de cet album :

Boys With Girflriends

Under My Bed

On se surprends même à trouver des airs de Trip-Hop (« Sleep », « Hawaii » ). C’est un peu logique lorsqu’on sait qu’elle puise ses influences dans Portishead entre autres. Et il est vrai que la voix de Meiko s’y prête, aiguë, presque cristalline, pour contre-balancer avec une musique grave, mais avec une très belle puissance, un peu à la façon de Dolores O’Riordan des Cranberries, groupe dont elle est fan également.
Au final, l’équilibre vocal – instrumental atteint une sorte de perfection. La voix aiguë de Meiko résonne comme une lumière salvatrice dans une ambiance sombre constituées de sonorités très graves. Ces mélodies vous laisserons rêveur pour un bon bout de temps.

Un album complètement fascinant, une sorte de piège mélodieux où vous ne pourrez résister à l’envoûtement de la sirène!
En attendant son prochain album et surtout une éventuelle tournée en France de cette belle qui n’a pas la grosse tête, vous pourrez vous procurez son album sur Amazon (en Import le plus souvent).

Retrouver là sur son Myspace, pour écouter ses chansons ou suivre son site régulièrement fourni : Meiko Music

Mdkart

Interne en anesthésie réanimation à Lille, je présente sur ce blog des tranches de ma vie et mes passions : voitures sportives et moto, photo, nouvelle vague Jazz-Blues (Katie Melua, Fredrika Stahl, Melody Gardot, Nikki Yanofsky...) et autres musiques... Pour toute information, n'hésitez pas à me contacter

Articles pouvant vous intéresser

2 réponses à “Meiko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *